dict -d freedict-queb-fra

Par Ras', le 31 mars 20151682 commentaire(s)Lire la suite

C'est marrant quand tu parles québécois. Enfin c'est un peu un langage de décérébré, mais c'est drôle.
Ça c'est le genre de chose qu'on peut entendre de la part des (esty de) français, mais devinez quoi :



D'abord parce que le québécois n'est au final pas si loin du français qu'on voudrait nous le faire croire. Beaucoup d'expressions utilisées ici sont tout à fait correctes en français. Il y a bien sûr une couple d’expressions que l’on n’utilise pas ou peu en France, mais elles n’en sont pas moins correctes : alors rien ne sert de nous niaiser sur la manière dont on parle au Québec.
On capote toujours un peu au début mais pour avoir parlé avec de vieux québécois je sais qu’ils peuvent eux aussi avoir du mal à nous comprendre...
Certains mots ou expressions ne sont pas les mêmes ? L’accent n’est pas toujours facile à comprendre ? Deal with it, on a le même « problème » dans plein de régions de France.1 Et si je met « problème » entre guillemets c’est parce que ça n’en est pas un en réalité, je trouve ça même plutôt intéressant que chaque région francophone développe son identité, sa manière de s’exprimer.
Le point le plus important c’est qu’on peut trouver le québécois surprenant, parfois difficile à comprendre, et même trouver certaines expressions fun, mais c’n’est pas un problème. Il y a un problème quand ça vient avec des moqueries ou des remarques condescendantes. Et c’est pour cette raison que certains québécois n’aiment pas les esti d’français, parce que personne n’aime que quelqu’un vienne chez soi critiquer sa propre culture.


Un très bon Word Up battle de Filigrann

Il faut aussi penser que les québecois ont leurs expressions mais on a aussi les notres qui ne sont pas forcément plus « justifiées ». Chacune ont leur étymologie et leurs origines et je suis persuadé qu’il y a au moins autant de mots incompréhensibles au premier abord en français d’hexagone qu’en queb. Quant aux sacres, vous aurez facilement remarqué qu’ils sont différents, mais il ne me semble pas plus impoli ni ridicule de dire « crisse » que « putain ».
Au passage, un dernier conseil :


Ce qui rend mieux avec l’intonnation


1Si si, allez dans le nord de la France, ou dans le sud-est : vous verrez

ifconfig wlan0 down

Par Ras', le 07 juin 201349 commentaire(s)Lire la suite

Il arrive un moment où il faut l'admettre, je suis accroc.
Sexe, drogue, alcool et musique électronique ? Non.

Enfin, si, mais c'n'est pas le sujet.


Comme beaucoup de gens, je suis accroc à mon téléphone. Il m'est d'une part difficile de passer une journée sans l'avoir à portée, mais pire que ça, de le sortir de ma poche à tout moment, sans raison. C'n'est pas forcément pour regarder l'heure ou lire un message, simplement pour voir s'il se passe quelque chose dans le reste du monde. Passe encore si je suis seul dans le train, mais le problème est que ça m'arrive absolument tout le temps.
C'est un manque de respect envers les personnes avec qui je suis à ce moment là (et je m'en excuse profondément), mais c'n'est pas volontaire. C'n'est pas parce que je m'ennuie, ou que je souhaiterai être ailleurs, c'est juste un réflexe. Ça fait un moment que j'ai remarqué ce phénomène et essayé de changer quelque chose, mais même en ayant ça en tête je me retrouve involontairement en train de répondre à un message sur whats’app ou à commenter un statut... Parce que c'est un putain de reflexe, d'où le terme « addiction » utilisé plus haut, dont je n'arriverai malheureusement pas à me débarasser si facilement. Ou alors il faudrait que je me plante sur une île déserte pendant quelques semaines, pour faire une cure...



Alors je vais redoubler d’efforts. Je vais faire attention, ranger mon téléphone au fond de ma poche, ne pas répondre instantanément aux gens qui me parle sur facebook/gtalk/whatts’app/sms1..
Je vais surtout profiter des personnes présentes physiquement avec moi, et m’occuper de répondre aux gens qui sont loin quand j’ai un instant à moi. Le pire c’est que je sais ne pas être le seul et que ce comportement m’énerve chez les autres. Mais bon, quand ça m’arrive je me dis toujours que j’ai une bonne raison, que c’est une discussion importante, que j’en ai pour 30 secondes, /insérer ici une excuse en carton-pâte/…
On est entouré de technologies censées nous rapprocher qui ne font que nous éloigner au final ; mais on vit très bien dans ce paradoxe, parce qu’on s’est habitué à prendre notre dose quotidienne, on s’est accoutumé. C’est triste.
Donc je vais faire un effort disais-je. Alors ne vous inquiétez pas si vous avez moins de nouvelles et si je suis moins présent, c’est juste que je suis dans l’IRL.

Et si vous avez quelque chose d’important à me dire, envoyez moi un… fax !


Tout ça m’est venu en écoutant les paroles d’une chanson de Chill Bump (faut vraiment que je fasse un article sur eux) que je vous conseille vivement.


1 Et quand j'aurai réussi j'en profiterai pour arrêter de me ronger les ongles, aussi.

apt-get repair

Par Ras', le 16 mars 201358 commentaire(s)Lire la suite

Certains le savent, d'autres s'en doutent, les derniers n'auraient pu l'imaginer, mais c'est un fait :
je manque de confiance en moi.


Yea, really.

« Fraiche histoire, frangin », me direz vous.
Mais ce qui est intéressant c'n'est pas de s'arrêter aux faits ou aux conclusions simples.
Certes, ça influe assez directement sur notre vie quand il s'agit de parler en public, d'aller draguer cette fille seule au bar, ou même de se mettre en avant dans une situation de la vie quotidienne. Ça, c'est la partie visible, le côté public, celui qu'on essaie de « fixer » tant bien que mal avec des rustines aussi temporaires que superficielles, et que l'on peut malheureusement cacher comme ça.
« Malheureusement » car elles font au final peut-être plus de mal que de bien.
« Malheureusement » car on ne règle que les faces visibles du problème sans toucher au fond...

Utiliser mille et unes techniques pour apprendre à parler en public n'a pour effet que de devenir temporairement une sorte de machine qui applique bêtement une procédure, ça ne donne pas réellement de l'assurance. De même que prendre son courage à deux mains pour aller voir cette fille ne nous rend pas instantanément self-confident ; c'n'est qu'un rôle que l'on joue quelques heures jusqu'à ce que l'on enlève son costume, rien de plus...
Puis il faut aussi se rendre compte que ça ne règle que ce qui se voit, ce qui est évident, alors que ce handicap de base et les patchs que l'on applique pour le résoudre temporairement amènent d'autres soucis plus importants. La jalousie, les handicaps sociaux ou même certains problèmes sexuels pourraient y être liés. L'over-confidence affichée qui mène a des comportements détestable ou le besoin de reconnaissance exacerbé pourraient aussi être des conséquences, plus néfastes encore, de ces (mauvaises) « solutions » superficielles. Et c'est certainement bien plus vaste que ça...



La question n'est donc pas de voir chaque petit souci indépendamment, mais de s'attaquer au problème de fond. Ce qui n'se fait pas tout seul, dans son coin.
Comme un jeu vidéo en co-op : à un moment de ta vie il y aura quelqu'un pour prendre l'autre manette et t'aider à avancer. Que ce soit ta famille, tes amis, tes collègues de boulot ou cette fille au bar ; chacun devient un partenaire temporaire le temps de passer au niveau suivant, te permettant d'acquérir l'expérience nécessaire pour avancer dans le jeu.
Et si chacun décide à un moment de ta vie de prendre cette deuxième manette, c'est parce qu'ils voient quelque chose de bon en toi. Ils veulent t'accompagner pour une raison, et c'est sûrement ce qu'il faut en retenir. Les gens ne te suivent pas parce qu'ils aiment ton personnage, ce que tu leur montre de toi, ni même pour faire du social, ils t'aiment pour ce que tu es, toi.
Et il y a une raison à cela. Tu peux jouer le rôle que tu veux, faire semblant, feindre l'intelligence ou la confiance ; c'n'est pas pour ça que ton entourage est encore là autour de toi.
Ils n'aiment pas le personnage que tu laisse transparaître, mais celui qui est derrière la manette.



Celà dit : pour avancer, il ne faut pas compter sans cesse sur les autres, il n'faut pas suivre bêtement ce qu'ils nous disent ou nous conseillent (quand bien même leur parole soit sage et avisée).
Pour avancer il faut que la réflexion vienne de soi. Et c'est l'objet de cette note, mettre à plat cette réflexion (aussi brouillone soit elle), et me donner un brin de motivation.
Bref, vous n'verrez certainement pas de différence, mais quelque chose a changé.

echo $[$RANDOM % 101] %

Par Ras', le 15 avril 201247 commentaire(s)Lire la suite

C'est bientôt les élections. \o/
Ça veut dire qu'on va avoir droit à plein d'émission politiques, où les candidats débattent courtoisement.

Quand on ne regarde pas les candidats bitcher sur leurs adversaires, on a aussi droit à tout un tas de sondages. ❤
Tous les jours, des sondages. Parce qu'on a besoin de savoir que tel candidat est à 42% d'intention de vote alors qu'il n'était qu'à 39.4 la semaine passée. On a même des sondages sur des intentions de vote du second tour, c'est génial, ou pas. Parce qu'au delà du fait que j'n'en ai rien à carrer, je trouve ça totalement contre-productif.
Quand je dis que je n'en ai rien à carrer, c'est parce que je ne vais pas aller voter en fonction des sondages. Quand au résultat, j'aime autant l'apprendre au moment où il sera prononcé plutôt que de spéculer dessus pendant des semaines. Puis je trouve ça débile, parce que je pense que c'est en grande partie à cause des sondages que l'on se retrouve avec des votes utiles. Le vote n'est plus dicté par des convictions mais par la peur d'être en partie responsable d'un vieux remake de 2001. Il n'empêche que beaucoup de gens aiment ça, les sondages, on a des chiffres partout, et sur tout, tout le temps. Chouette alors.


En attendant, rappellez vous que 47% des gens sont manipulés par les sondages, et votez pour ce en quoi vous croyez.

apt-get purge *

Par Ras', le 04 mars 201242 commentaire(s)Lire la suite

Tiens, ça fait longtemps que je n'suis pas passé par ici.
Remarque, si c'est pour vous apprendre que Justin Bieber a eu 18 ans ou qu'Orel a été nominé aux victoires de la musiques, w00t. J'pourrais aussi vous raconter que j'me suis fait braquer ma voiture pour la 3ème fois en un peu plus de 3 mois (true story), mais c'n'est pas bien transcendant.

Ah si ! Du nouveau ! J'ai la gale ! \o/



Nan mais partez pas, ça va...
En fait c'n'est pas si terrible que ça, la gale. Il faut juste avoir la chance de ne pas tomber sur un médecin qui pense que si on n'a rien trouvé après un prélèvement de peau c'est qu'on est clean. Il faut aussi éviter ce même médecin qui va vous prescrire du solupred alors que ça aggrave les choses. Au final ça fait une semaine que je dors 2h par nuit à cause de ça, c'est chouette. Mais ce que je trouve de plus chouette dans la gale, c'est le traitement.
Pour traiter efficacement la gale, il faut en éliminer toute trace. En gros faut prendre tous vos vêtements, les mettre dans des poches poubelle avec un produit spécial, attendre une journée, puis tout laver à 60°, facile.



En parallèle à ça, il faut aussi faire un traitement sur soi, sinon ça n'sert à rien. Plus précisemment, de la peinture sur soi. Il faut donc, je cite ma dermato :
« Appliquer le produit avec un pinceau plat sur tout le corps, parties génitales incluses, puis passer une seconde couche une fois que c'est sec. Par contre il ne faut pas en mettre sur le visage et le cou »
« Pourquoi il ne faut pas en mettre partout ? »
« Ben, c'est une sorte d'insecticide, on sait jamais... »
Hæm... rassurant. On se met donc de l'insecticide partout, on ressemble a un personnage des Simpsons et on a les couilles en feu, mais c'est pour notre bien. Puis on continue de faire nos lessives (j'en suis à 7 \o/) et à pulvériser du produit antiparaiste partout sur le matelas, le tapis, les coussins et le nounours. En faisant attention d'ouvrir les fenêtres parce qu'il y a quand même un piège...


J'n'ai jamais aimé les acariens (asthamique à cause d'eux), ça ne changera pas de sitôt...


Bref, au final ça reste quelque chose de très casse-couille mais largement suportable. En tout cas bien plus que l'idée que l'on s'en fait. Faut aussi savoir que ça ne se transmet pas si facilement, mais il faut quand même faire attention puisqu'on est apparemment en pleine période d'épidémie.

Promis, j'écrirais un article sympa quand quelque chose de chouette m'arrivera. Mais pour ne pas partir sur une note négative, j'vais aller mettre de la musique, ouvrir une bière et regarder un peu de sport, histoire de penser à autre chose.

page 1 sur 4suivante»