apt-get no-upgrade

Par Ras', le 20 janvier 201235 commentaire(s)Lire la suite

J'ai passé le week-end avec des jeunes.
Du haut de mes 25 ans j'étais le plus vieux ; physiquement du moins.
Ça n'a fait que confirmer mes idées, je n'veux pas vieillir.


Paraît qu'il y a un âge, une période de la vie, un moment ou il faut arrêter de faire des bêtises. Un âge ou on arrête de faire « des trucs de gamin » parce qu'on est « grand et civilisé », ou l'on ne peut plus se rouler dans l'herbe sous la pluie parce qu'on aurait « l'air bête ». Un âge ou l'on ne peut plus faire une course à la brasse dans les 3cm de profondeur du miroir d'eau parce que c'n'est « plus de notre âge ».Un âge ou on n'peux plus dormir avec un nounours « parce qu'on est grand, maintenant ». Un âge ou l'on ne peut plus faire toutes ces choses que l'on aimait faire étant enfant, parce qu'étant adulte, « ça ne se fait pas ».
Il y a un donc un moment, dans la vie, ou l'on change sa manière de se comporter, de s'habiller, de parler, pour rentrer dans un moule de gens qui ont tous les mêmes comportements, les mêmes habits, les mêmes discussions, les mêmes meubles, décorations, et délaissent leurs délires d'enfants.


'l'était trop cool notre bonhomme de neige monocycliste


Enfin, jusqu'à ce que l'on ai des enfants et qu'on s'autorise à refaire ça. Soit disant pour faire plaisir au drôle, alors qu'en fait on y prend tout autant de plaisir. On cherche juste un peu de légitimité à faire ces choses là, grâce à son môme.
Seulement voilà ; j'ai 25 ans et je ne compte pas rentrer dans ce moule. J'aime la décoration de mon appart, j'aime mon tee batman et j'aime mon nounours. Je n'veux pas que mon comportement soit conditionné par des obligations sociales. Je veux aller au travail en mono, un parapluie katana dans le dos, même si ça n'fait pas sérieux (alors que ça fait super sérieux !). Je veux continuer à faire de la balançoire, des roulades dans l'herbe, avoir des délires de mômes, des petits plaisirs de la vie.
Vu mon grand âge (hæm...) je n'peux plus faire ça avec tout le monde ; mais ce week-end j'ai pu. Et ça m'a fait plaisir, ça m'a ressourcé. Vivement le prochain week-end comme ça, que l'on puisse sortir un peu de ce monde trop sérieux. En espérant que ces amis là ne deviennent pas des p'tits papys, mais je ne me fais aucun souci là dessus.

let date=`date +%Y`+1

Par Ras', le 03 janvier 201239 commentaire(s)Lire la suite

On a entamé un nouveau calendrier \o/
C't'une super excuse pour voir plein de chocolat chaque fois qu'on va boire un café chez des gens, faire plein de repas à base de foie gras et de champagne chez les potes, prendre des nouvelles de la famille et des amis oubliés depuis un moment, mais aussi une bonne occasion de prendre de bonnes résolutions.
Ou pas.


J'n'aime pas les bonnes résolutions, c'est un truc de faible.
Prendre une bonne résolution c'est admettre que t'as vécu toute une partie de l'année en faisant quelque chose que tu n'assumes pas vraiment, qu'il faudrait que tu changes. En plus de ça, t'as pas été foutu de te remettre en cause avant, il a fallu que t'attendes la fin d'un calendrier Grégorien pour te rendre compte que ce serait chouette de changer un peu. Non pas que j'sois un type parfait et que je n'ai rien à changer, mais je suis en accord avec moi même et ne regrette rien de ce que j'ai fait ou ai pu faire cette année. J'aime ma vie telle qu'elle est et je n'ai pas envie d'en changer. J'pourrais très bien dire que je vais arrêter de manger gras et me mettre à boire modérément, mais c'est voué à l'échec puisque je n'ai pas la conviction que j'ai besoin de ça. Ce que j'avais à changer je l'ai déja fait ; trop tard, certes, mais je l'ai fait, sans attendre que l'on soit le 1er janvier.
Alors je resterai tel que je suis, parce que je ne vois pas de raison de changer.


Cela dit, si vous voulez prendre de bonnes résolution, je vous en donne deux, que vous pouvez mettre en œuvre dès maintenant :

  • Arrêtez de dire "Noyeux Joel" et "Bananier", cette blague est périmée depuis le 1er janvier 1997.
    Il est temps de passer à autre chose.1
  • Si vous faites un apéro, chez vous ou ailleurs, n'acehtez surtout pas ce que la grande distribution appelle « toasts à foie gras ». Ces "trucs" ont la facheuse tendance de rendre les aliments mauvais, quels que soit ce que l'on met dessus (j'suis sûr que le caviar en tube suédois est encore pire servi là dessus, pourtant on ne part pas de bien haut niveau gastronomie). C'est encore plus flagrant avec du foie gras (de surcroit quand il est fait maison).
    Nous vivons — pour la plupart — en France, un pays réputé pour la qualité de son pain, alors faisons honneur à la baguette tradition en utilisant du vrai pain de chez le boulanger pour faire nos toasts2. Votre palais et vos convives vous en remercieront.

Bref, rien ne sert de prendre de bonnes résolutions que l'on ne tiendra pas, vivez votre vie comme vous le sentez, soyez en accord avec vous même tout au long de l'année, profitez-en et ne regrettez rien.
Bonne année à vous


1 Vous aurez remarqué que je vous ai épargné la blague de la nouvelle résolution 1024*768 puisqu'elle s'est périmée à la même période
2 N'oubliez pas d'ajouter une pointe de fleur de sel de guérande dessus, pour sublimer le tout

VirtualBox -startvm

Par Ras', le 27 décembre 201134 commentaire(s)Lire la suite

Je vais passer le réveillon du nouvel an avec des amis virtuels.
Enfin, ce sont de vrais gens — du moins je crois — mais le fait est que je les ai rencontrés sur le net, et que c'est là que je leur parle la majorité du temps.


Il paraît que c'est bizarre ce type de relation. En tout cas chaque fois que j'en parle à des gens j'suis soit catalogué comme « geek » (au cas ou ça ne soit pas déja fait), soit comme type bizarre (mais ça, généralement, c'est déja acquis). Parce qu'il paraît que de vrais amis sont des gens que l'on rencontre IRL.
Ben non. Les amis « virtuels » que j'ai sont en fait comme des correspondants. On s'est rencontré autour d'un intérêt commun, se coucher tard le logiciel libre et c'est ce qui nous a uni à l'origine. Mais à part ça, on est tous différents, voir très différents. Je n'suis vraiment pas sûr que si on s'était rencontré IRL on se soit bien entendu, ni même qu'on se soit addressé la parole, d'ailleurs. C'est un gros melting pote1, y'a des étudiants, des p'tits papys, des filles, des mecs, des informaticiens, des ingénieurs, des historiens, des techniciens, des chomeurs, des lycéens... Tous n'ont clairement pas les mêmes vies, les mêmes centres d'intérêt et les mêmes préoccupations mais malgré cela, on s'entend bien, dans l'ensemble. Y'a bien sur quelques trolls débats houleux, de temps en temps, mais c'est ça qu'est drôle et puis c'est pareil IRL.


Et puis cette relation ne s'arrête pas à des discussions sur le net. Cet été y'a un des types de la communauté qui nous a tous invité chez lui (ouaip, il est un peu taré en fait). Une grosse vingtaine de types qu'il n'avait pour la plupart jamais vu, mais qu'il a cordialement invité, parce que finalement on se connaît. Donc, golgoth42 (de son surnom) n'a pas eu si peur que ça de nous voir tous débarquer chez lui (il aurait peut être dû, en fait )
Même si on se clash un peu parfois, dans le fond on s'aime bien, on se demande ou en sont les uns les autres, on s'inquiète aussi quand certains ne donnent pas signe de vie depuis un moment, on s'envoie des cadeaux, des cartes postales, tout ça... Bref, tout pareil que mes autres amis, sauf que là ce sont des gens que je n'ai jamais vu, ou alors une fois.

Je pars donc ce matin pour St-Malo, ou je vais voir des gens de la communauté, puis Le Havre pour en rejoindre un autre et enfin Rouen ou on se retrouve tous pour le réveillon du nouvel an. Un gros périple en perspective, mais je suis sûr que ça sera chouette, parce que j'les aime bien mes amis du forum 



1See what I did there ?

rm -rf /home/ras/closet/suit*

Par Ras', le 02 décembre 201139 commentaire(s)Lire la suite

Aujourd'hui est un jour comme les autres, a priori.
J'me suis réveillé, douché, habillé, j'ai pris mon mono pour aller au travail. Pourtant j'ai eu droit à des regards bizarres et j'en ai entendu quelques uns bitcher dans mon dos, sans trop savoir pourquoi...
Ah, oui. Aujourd'hui j'ai fait un truc de ouf guedin : j'ai mis un tee batman sous ma chemise.


J'suis vraiment un déglingo parfois.
Parce qu'il paraît qu'il y a des codes, que quand on va au taff il faut mettre des habits super classiques ; des costars, des chemises et des p'tits pulls de sale triste. Dans certains pays, comme aux Etats-Unis, ils ont mis en place une coutume, le casual friday. Vu que c'est le dernier jour de la semaine, on se relâche, alors on s'autorise à venir en short et en tong (paraît-il1). En France on a un pseudo-casual friday. Dans ma boite, le relâchement consiste à venir en polo plutôt qu'en chemise.
w00t
Donc je passe à moitié pour un touriste, parce que j'ai décidé de m'habiller comme j'en avais envie, parce que j'n'ai pas mis un costard Louis Vuitton et une ceinture Audi (si si, les collègues font ça). Bon, j'ai quelques collègues qui ont quand même bien aimé (le chef aussi, d'ailleurs) mais j'n'ai pas l'impression qu'ils soient prêts à venir comme ils sont, on n'est pas chez Mac do ma bonne dame.


Pourtant il a trop la classe mon tee


Apparemment, la manière dont on s'habille doit influer sur notre productivité, ou quelque chose comme ça... En tout cas ça influe carrément sur notre crédibilité, j'trouve ça dommage.
En allemagne il paraît1 qu'ils sont beaucoup plus ouverts là dessus. On peut tout à fait croiser un banquier avec les cheveux bleus ou un piercing, ça ne choquera pas vraiment. En même temps, on va voir un banquier pour qu'il nous fasse un prêt, un boulanger pour qu'il nous vende une baguette, un ingénieur pour qu'il conçoive un avion. On n'va pas voir ces gens là pour juger leur style vestimentaire, ils font leur boulot, on n'leur demande rien de plus. Je rêve du jour ou je verrais des ingés en short. Puis quand j'serais plus vieux, plus crédible et PDG, j'viendrai en costar avec des dreadlocks, parce que strou classe.
Forcément, y'a des moments ou on demande un minimum de classe, quand on va négocier un contrat à plusieurs dizaines de k€, on évite d'y aller en tongs. Mais sinon y'a pas d'intérêt à s'habiller comme si ou comme ça. Hier j'étais en costar parce que j'avais envie (d'autant que j'avais reçu de chouettes chemises), aujourd'hui j'ai envie de mettre un tee batman, parce que j'ai envie. Je n'suis pas moins productif aujourd'hui qu'hier, pourtant on n'me regarde pas de la même manière.
Celà dit, j'm'en fous. C'est pour moi que j'm'habille.

It's not important if you do it to please them or to piss them off. If you do it for them, you're weak.
Jeff Winger.


1Ces « il paraît » sont basés sur des témoignages qu'on m'a fait, j'n'ai pas été vérifier sur place...

xset dpms force off

Par Ras', le 07 octobre 201148 commentaire(s)Lire la suite

Steve Jobs est mort. Non pas que j’en ai quelque chose à carrer, je n’le connaissais pas personnellement, je n’l’appréciais pas plus que ça professionnellement1, donc Raf’2. Ce qui m’intéresse plus, c’est la palanquée de mèmes et de blagues diverses qui sont sortis quelques minutes après cette annonce. Comme celui-ci, celui là, ou encore ce dernier.


Ce qui m’intéresse d’autant plus, c’est la réaction des gens face à ce genre de blagues. Parce qu’il paraît qu’il y a des sujets desquels il n’est pas bon de rire.
C’est très mal de rire d’une personne décédée, c’est encore pire de rire de quelqu’un de malade, ou d’un handicapé. La morale puritaine l’interdit, c’est un manque de respect pour la personne, paraît-il.
Mais de quoi peut-on rire, alors ? Pas des arabes, ni des noirs, pas des blondes, ni des roux, des petits, des gros, des moches, etc. Je n’connais que très peu de blagues qui n’attaquent ou ne titillent un minimum une catégorie de personnes.


Il reste ce bon vieil adage qu’on ressort à toutes les sauces, parfois sans bien comprendre la citation d’origine : « On peut rire de tout, mais pas avec nimporte qui »

Voilà.
Donc on peut faire des blagues racistes, mais pas si y’a des noirs dans la salle. On peut rire des handicapés, mais pas si on en connaît un personnellement, on peut rire des blondes mais, ah, non, c’est rentré dans les mœurs.
Bon, c’est facile pour les handicapés et les noirs, d’habitude ça se voit. Mais pour les autres, comment on fait ? Comment puis-je savoir que votre frère est tétraplégique, ou pire, roux. Je n’peux pas, a priori. Sur internet, c’est pire, je n’sais même pas qui va me lire, j’ai encore moins de chance de connaître son passé et son entourage. Donc il faudrait que j’arrête totalement de raconter ces blagues là. W00t.4
Sauf que, je vais vous étonner mais, on peut rire de tout.
Ce sont même les blagues les plus dégueulasses qui sont souvent les plus drôles. Donc je n’arrêterai pas de faire des blagues sur les pédophiles ni sur les juifs (bien qu’avec les juifs ce soit un peu facile, je dirais même que c’est du tout cuit).


Une blague sur les juifs n’est pas un reniement de l’histoire, une blague sur une personne décédée n’est pas un manque de respect envers cette personne. Ce n’est pas parce qu’on fait une blague pédophile qu’on encourage ces pratiques, ni même qu’on les comprend, c’est une occasion de se marrer, point. Ce n’est pas parce qu’on dédramatise un sujet au détour d’une blague que l’on a aucun respect ni aucune peine pour les personnes concernées par ces problèmes, que l’on s’en fout. C’est juste que l’on prend du recul sur une situation, pour se donner un sujet de plus sur lequel rigoler. Je connais d’ailleurs des noirs qui font des blagues racistes, des cancéreux qui peuvent rire de leur maladie et des gens qui font des blagues après la mort de leur proches, parce qu’ils prennent du recul et y voient le second degré.
Ils ont le droit de faire des blagues, me direz vous, ils connaissent ça. Mais a-t-on le droit d’en rire ? N’est-ce pas hypocrite d’en rire parce que ce sont eux qui ont tendu la perche et de ne pas trouver ça drôle quand quelqu’un d’autre fait cette boutade ?
Alors s’il vous plaît, ne prenez pas tout au premier degré et ne croyez pas que l’on n’a absolument aucune sorte de respect, on fait simplement de l’humour. Que vous n'trouviez pas ça drôle est un autre débat. Sinon il faudrait se mettre à lyncher les fans de Bigard.



1 Rien à foutre. Ou « Rien à faire », en plus poli.
2 Mais on en parlera une autre fois…
3 w00t : synonyme de « cool » en geek.

précédentepage 2 sur 4suivante»